L’asso’ voisine de la semaine à Cachan : Galerie Pascal Vanhoecke !

0

La galerie Pascal Vanhoecke Pascal Vanhoecke est un galeriste fort accueillant : à peine entré, il commence par nous présenter les œuvres exposées. Dès les premiers pas dans sa galerie, on ressent toute la culture qui bouillonne et tout le travail investi depuis 20 ans. Originaire de Lille, Pascal a dépassé les contingences familiales pour réaliser sa passion pour l’art. C’est avec une étincelle dans le regard que Pascal répond humblement à nos questions, avant de nous avouer que c’est justement le jour de son anniversaire (le 29 avril)…

Pouvez-vous nous décrire brièvement votre parcours ?

Issu d’une formation technique imposée par la famille, j’ai repris mes études et suivi ma passion à l’âge de 30 ans pour reprendre un cycle en Histoire de l’Art. Pendant l’année de ma maitrise, impatient, j’ai préparé l’ouverture de ma première galerie, on était en 1995 et c’était à Paris dans le Marais. En 1999, en plein boom du marcher de l’art j’ai ouvert mon 2 ème espace à Cachan, dans mes locaux d’aujourd’hui afin de stocker et de montrer les grands formats à mes collectionneurs. Après les fermetures successives, liées aux crises économiques, de mes galeries, j’ai aujourd’hui opté pour un seul lieu, celui de Cachan, qui convient bien au marché actuel et à mes nouveaux projets et nouvelles façons de travailler. C’est une petite manufacture dans laquelle j’ai aussi mon loft d’habitation et beaucoup d’espace, notamment une grande salle très lumineuse idéale pour montrer les œuvres en lumière du jour. J’ai donc, pour toutes ces raisons, déménagé à Cachan en mars 2012.
Je collabore avec de nombreux artistes, dont certains, peu connu, comme François Calvat avec qui je suis en relation depuis 1997 ou d’autres, très connu comme José Manuel Ballester et Ro-bert Gligorov dont je montre des solo show à la rentrée. Mon nouvel espace a ouvert le 2 avril dernier, avec un nouveau format. Vous êtes d’ailleurs les bienvenues à la galerie jusqu’à la fin du mois de juillet, puis au vernissage de Gligoro en septembre !

Un souvenir marquant lié à votre galerie ?

Je me souviens très bien de ma première visite à Cachan sur ce lieu qui allait devenir ma galerie : l’endroit était totalement bétonné, les murs étaient en ciment vieilli, bref le lieu était dans un état complètement délabré. Mais j’ai tout de suite repéré tout le potentiel de l’espace, j’ai eu une véritable vision pour l’installation de ma galerie ! Et aujourd’hui voyez, les gens adorent ce lieu : il est convivial, calme et très lumineux. C’est parfait pour exposer des œuvres et pour travailler la communication. D’ailleurs, la majorité des visiteurs viennent de mon réseau de collectionneurs et n’hésitent pas à venir car ils savent ce qu’ils viennent y chercher. On commence aussi à avoir quelques amateurs d’art cachanais qui nous rendent visite. Le déplacement hors Paris continue à se banaliser grâce à la décentralisation des Musées comme le MAC VAL et des galeries comme Ropac ou Gagosian, sans vouloir établir de comparaison bien sûr !

En quoi votre galerie contribue-t-elle à la vie du quartier ?

La galerie est utile à double titre à la vie de quartier.
D’une part, la galerie permet d’enrichir les propositions culturelles de la ville de Cachan. Je pro-pose aux élèves des écoles de Cachan de visiter la galerie, en partenariat avec l’Orangerie.
D’autre part, je mets la galerie à disposition des cachanais pour des événements comme ça se fait dans les musées, type séminaire ou réceptions privés, soirée, etc. Le lieu est parfaitement configuré tout en gardant une taille humaine et conviviale. D’ailleurs vous pouvez voir au-dessus de vos têtes quelques lasers de la veille que j’ai oublié de démonter (rires) !

Votre (ou vos) endroit(s) secrets à Cachan ?

J’aime me promener au printemps sur les coteaux. Ce sont des petites rues pas plus larges que ça (il nous montre entre ses mains une distance d’environ 1m20) ! Au moment de la floraison, il s’en dégage des odeurs très agréables. Beaucoup d’artistes ont installés leur atelier sur les co-teaux. On y bénéficie d’une vue imprenable sur la Vallée de la Bièvre, c’est magnifique au cou-cher de soleil !

Votre voisin coup de cœur ?

Oswaldo Gonzalez et moi nous sommes connus en 1999 dans le cadre professionnel. C’est un artiste que j’admire beaucoup. Comment vous dire que j’ai été très surpris de découvrir un jour au détour d’une rue de Cachan que nous étions même voisins !

Votre définition du partage entre voisins ?

C’est que chacun, dans la mesure de son temps et de ses moyens, fasse profiter les autres de son savoir-faire.

Votre astuce pour améliorer le lien social entre les voisins du quartier ?

J’essaye pour ma part d’organiser le plus de rassemblements possibles pour que les personnes de la ville se rencontrent. En termes pratiques, il m’est arrivé de proposer aux gens de la ville de venir à la galerie pendant leur pause déjeuner. J’avais mis en place une sorte de buffet pour que les personnes fassent leurs poses au contact des œuvres, ça a été très apprécié ! L’ambiance était là mais ça nous a pris trop de temps et on le refera mais différemment.
Cependant je réfléchi à monter un festival vidéo régulier, avec projection de film d’artiste sur les murs blanc. Ce ne sont que des idées, mais qui se concrétiseront d’ici 2015.

Retrouvez les actualités de la Galerie Pascal Vanhoecke sur ma-residence.fr !
Envie de faire connaître votre association coup de cœur ? Inscrivez-la sur www.ma-residence.fr ou contactez-nous par mail : associations@ma-residence.fr
Merci à Pascal Vanhoecke pour sa sympathie !

Partager.

A propos de l'auteur

Laisser une réponse