L’asso’ voisine de la semaine à Palaiseau : l’APEK !

0

Pouvez-vous vous présenter en quelques mots ?

Josiane et François, adhérents à l’association APEK
Je m’appelle Josiane Cassin et j’habite à Palaiseau depuis 14 ans. J’ai passé mon enfance à Cachan. Je suis très attentive aux problématiques qui touchent les enfants : d’abord prof de biologie, je me suis reconvertie en tant qu’assistante sociale auprès d’enfants victimes de maltraitances. J’ai également passé une partie de ma vie active en tant que femme au foyer, pour m’occuper de mes trois enfants. C’est en 1996, lors d’un trek au Népal avec des amis, que j’ai décidé d’adhérer à l’APEK pour venir en aide aux enfants de Katmandou. Je suis aujourd’hui secrétaire de l’association.
Je m’appelle François Bernot, et j’ai également trois enfants. J’ai toujours habité la région pari-sienne, à Palaiseau et dans les villes alentour. Je réside aujourd’hui près de Limours. J’ai fait une grande partie de ma carrière dans l’aménagement de bâtiment, c’est pourquoi le projet « un toit pour l’Himalaya » me tient à cœur. J’ai rencontré le fondateur de l’association, alors que nous étions au lycée et je fais partie des adhérents de la première heure. Depuis plusieurs années, je me rends régulièrement au Népal. J’ai l’honneur de présider aujourd’hui cette association fondée sur la confiance et la solidarité.

Comment est née l’association ? Quand l’avez-vous rejointe ?

L’association Pour les Enfants de Katmandou (APEK) a été fondée en 1985. Initialement créée pour accueillir les enfants des rues, l’association s’est ensuite structurée en foyer pour les enfants défavorisés. Nous réunissons environ 300 adhérents dans toute la France, qui assurent le financement du foyer.
Celui-ci accueille actuellement une quarantaine d’enfants. Ils sont encadrés par deux couples népalais, qui vivent dans le foyer à plein temps. L’ambiance est chaleureuse, les enfants jouent, participent aux tâches de la maison, font du sport, etc. Bref, ils ne s’ennuient jamais ! Nous accueillons des enfants de 5 à 17 ans. A l’aube de la majorité, nous proposons aux jeunes de suivre une formation professionnelle.

Une anecdote, un souvenir lié à votre association, au quartier ?

Environ 180 enfants sont passés à la « Maison » (comme on l’appelle), et nous conservons leur contact dans la mesure du possible après leur départ. Récemment, deux jeunes qui ont grandi dans le foyer et qui ont maintenant leur vie d’adulte sont revenus à la Maison, et ont offert un grand repas pour tous les enfants. C’est une transmission positive qui souligne le lien qui unit pour toujours les jeunes à la Maison, là où ils ont grandi : leur famille.

En quoi votre association contribue-t-elle à la vie du quartier ?

Nous avons participé à diverses actions présentant le Népal (film, débat à la MJC). Nous avons animé la Fête des Anciens de Palaiseau en octobre 2012 où nous tenions un stand avec vente de gâteaux et vente de bijoux népalais.

Votre (ou vos) endroit(s) secrets à Palaiseau ?

La Forêt du Plateau de Saclay, près de l’Ecole Polytechnique, est agréable pour la détente des petits et des grands, c’est un lieu de rencontre entre voisins. Il y a aussi la promenade le long de l’Yvette, très agréable à vélo grâce aux nombreuses pistes cyclables !

Votre voisin coup de cœur ?

Nous avons l’un et l’autre de bonnes relations avec nos voisins respectifs.
(Josiane Cassin) J’habite une grande maison à Palaiseau, avec un autre couple d’amis. C’est donc avant tout un lien d’amitié qui me rapproche de ces voisins ! De plus, nos relations avec nos autres voisins sont bienveillantes et les échanges de services fréquents.

Votre définition du partage entre voisins ?

(Josiane Cassin) C’est pouvoir compter les uns sur les autres en cas de coup dur. Par exemple, ma voisine s’étant fait arnaquée un jour par de faux policiers, sa première réaction a été de venir frapper chez nous, pour trouver de l’aide et du réconfort
(François Bernot) C’est un échange de services désintéressés, naturellement.

Votre astuce pour améliorer le lien social entre les voisins du quartier ?

(Josiane Cassin) Dès notre arrivée à Palaiseau, nous avons eu l’idée d’organiser un goûter avec nos voisins ! C’était pour nous l’occasion de faire un premier pas vers les autres.
(François Bernot) J’habite la même maison depuis bientôt 30 ans, et sur toute la période seul un voisin est resté. Il y a un fort turn over parmi les résidents du village, c’est pourquoi il est difficile de créer du lien avec des personnes qui ne restent pas : on doit à chaque fois repartir à zéro. En effet, il faut du temps pour créer du lien entre voisins et se faire confiance.

Retrouvez les actualités de l’APEK sur ma-residence.fr et sur le Hall Numeric de la Résidence Galilée.

Envie de faire connaître votre association coup de cœur ? Inscrivez-la sur ma-residence.fr ou contactez-nous par mail : associations@ma-residence.fr
Merci à Josiane et à François pour leur bonne humeur !

Partager.

A propos de l'auteur

Je suis Laure d'Ensembl' et j’ai la lourde tâche de devoir me présenter en 5 lignes maximum. Autant vous dire que pour une grande bavarde comme moi, l’exercice est très difficile ! Passionnée par le web et les nouvelles technologies, j’adore fouiner, farfouiller sur la toile à la recherche de bons plans, d’avis et de témoignages que je m’empresse ensuite de partager avec mes amis. Sur Ensembl', j’ai pour rôle de faire grandir la communauté, de l’animer en lançant des discussions au sein des quartiers et parfois des immeubles et de recruter des Ambassadeurs. Ne soyez pas étonné(e), si vous voyez souvent ma tête sur le site ou au sein de votre messagerie vous demandant de témoigner. Les choses que j’aime : le chocolat, les films de filles, les voyages et les sorties au théâtre.

Laisser une réponse